Les anticorps monoclonaux en prévention de la migraine chronique

Dec 16, 2017 par

Souffrir de migraines chroniques rend le quotidien très difficile : impossible d’aller travailler, obligation de rester chez soi dans le silence et la pénombre. Pour améliorer la vie des personnes souffrant de ces crises pouvant durer de 4 à 72 heures, de nouvelles thérapies préventives doivent voir le jour. Deux études récentes montrent qu’une catégorie de molécules fabriquées en laboratoire, les anticorps monoclonaux, se révèle efficace pour prévenir la survenue de crises migraineuses.

femme migraineuse, les anticorps monoclonaux pourraient être la solution

Essais sur le Fremanuzab et l’Erenumab

Dans une première étude clinique de trois mois, menée sur 1130 patients, des chercheurs internationaux, sous la responsabilité d’Ernesto Aycardi du département de Recherche et Développement (R&D) du groupe pharmaceutique Teva, ont mesuré l’action du Fremanezumab, un médicament à base d’anticorps monoclonauxqui bloquent un neuromédiateur spécifique de la douleur impliqué dans la migraine.

À savoir ! Un anticorps monoclonal est une protéine fabriquée en laboratoire. Elle est capable de reconnaitre spécifiquement une autre molécule et de la neutraliser au besoin.

L’étude s’étendait sur 3 mois. Les chercheurs ont divisé ces patients en trois groupes :

  • Le groupe 1 recevait une injection sous-cutanée de principe actif le premier mois, puis 2 injections mensuelles de placebo ;
  • Le groupe 2 recevait trois injections mensuelles de Fremanezumab ;
  • Le groupe 3, le groupe témoin, se voyait injecté un placebo trois fois de suite.

Résultats ? 38 % des individus du groupe 1 et 41 % de ceux du groupe 2 ont vu la fréquence de leurs crises migraineuses diminuée de moitié contre seulement 18% dans le groupe placebo.

À savoir ! Le diagnostic de la migraine chronique est défini par la survenue de céphalées au moins 15 jours par mois pendant au moins 3 mois. La migraine est différente d’un simple mal de tête. Elle se caractérise par une douleur lancinante intense sur l’un ou les deux côtés de la tête. D’autres symptômes peuvent survenir comme notamment des nausées, des vomissements, des engourdissements ou une sensibilité à la lumière et au bruit.

Étant donné que le groupe 1 et le groupe 2 ont une efficacité très proche, les chercheurs montrent donc ici que la molécule a une durée d’action prolongée.

Dans la deuxième étude clinique, des chercheurs, dirigés par Peter Goadsby du King’s College Hospital situé au Royaume-Uni, ont testé toujours un anticorps monoclonal mais nommé Erunemab sur 955 migraineux pendant six mois.

Développé par la société pharmaceutique Novartis, le médicament Erenumab bloque le récepteur du neuromédiateur de la douleur et non pas, comme avec le Fremanezumab, le neuromédiateur lui-même.

Dans cette deuxième étude, les volontaires ont également été divisés en 3 groupes recevant pendant 6 mois : soit une injection sous-cutanée mensuelle de 70 mg, soit une injection mensuelle de 140 mg ou soit un placebo.

Une réduction d’au moins 50 % des épisodes migraineux a été obtenue dans respectivement 43,3%, 50% et 26,6 % des trois groupes.

Ici, les chercheurs ont mis en évidence une relation dose-effet et n’ont pas mesuré l’efficacité sur le long terme de l’Erenumab.

Des conclusions en demi-teintes

Ces deux études montrent une efficacité indéniable dans la prévention des accès migraineux avec des résultats très proches pour les deux molécules testées.

Cependant, l’objectif « zéro migraine » a été atteint chez très peu de patients et le bénéfice thérapeutique réduisant de moitié la fréquence des migraines chez seulement la moitié des patients migraineux reste encore insuffisant pour faire reculer cette maladie neurologique qui touche 2% de la population.

D’autres études sont cependant en cours sur deux autres anticorps monoclonaux dont l’Eptinezumab, et le Galcanezumab ayant des modes d’actions similaires au Fremanezumab.

Reste désormais à montrer l’efficacité et l’innocuité du Fremanezumab et de l’Erenumab sur le long terme.

Julie P., Journaliste scientifique

– Bientôt des anticorps monoclonaux pour la migraine. Jim. Dr P. Stratford. Le 4 décembre 2017.
– Migraine breakthrough: New drug halves attacks. Medical News Today. H.Whiteman. Consulté le 15 décembre 2017.
Julie P.

Journaliste scientifique.

Spécialiste de l’information médicale.

Passionnée par l’actualité scientifique et les nouvelles technologies.

Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.


Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.