L’injection d’anticorps désormais rendue possible chez les migraineux !

May 29, 2017 par

Touchant 15% de la population mondiale, la migraine figure aujourd’hui comme une des affections du système nerveux les plus fréquentes. La répétition des crises chez les individus concernés complexifie leurs activités personnelles mais aussi professionnelles, entraînant des répercussions économiques et sociales importantes dans la société.

Episode migraineux chez l'humain

Le déclencheur principal de la douleur de la migraine

A l’heure actuelle, les principaux traitements pour combattre ces migraines reposent sur la prise d’antalgiques et d’anti-inflammatoires ainsi que de triptans. Bien que ces solutions thérapeutiques présentent des effets remarquables chez les sujets migraineux, elles ne permettent « malheureusement » que de soulager leurs symptômes apparentés. L’idéal serait d’agir directement en amont de la pathologie, en ciblant directement les facteurs déclenchant les crises.

De ce fait, c’est donc à ce niveau que plusieurs chercheurs se sont consacrés, en étudiant notamment l’impact d’un neurotransmetteur (petite molécule sécrétée par le cerveau et assurant la transmission des messages entre les neurones) spécifique impliqué dans le système trigéminovasculaire, le CGRP (Calcitonin Gene Relatide Peptide).

A savoir ! Le système trigéminovasculaire est une région du cerveau innervée par les nerfs trijumeaux, les vaisseaux des méninges ainsi que d’autres noyaux cérébraux et participant à la transmission des informations nociceptives.

Lorsque surviennent les crises de la migraine, la sécrétion de ce petit peptide déclenche un effet vasodilatateur des vaisseaux, accompagné de plusieurs inflammations cellulaires. Ceux-ci sont alors responsables des symptômes fréquemment observés chez les migraineux.

A travers des études menées sur différents groupes de population, comme le CGRP présentait des résultats significatifs dans le déclenchement de cette maladie neurologique, les équipes de recherche ont donc voulu exploité cette piste en cherchant à bloquer l’action de ce fameux peptide, néfaste pour les sujets migraineux.

Cette piste a ouvert la voie à l’utilisation d’anticorps monoclonaux dirigés contre ce messager de la douleur (le CGRP). Les multiples résultats récoltés ont prouvé leur efficacité dans la prévention des crises migraineuses mais malheureusement associés à des effets secondaires, non négligeables pour les individus touchés.

Une nouvelle pépite thérapeutique, le Galcanezumab

Cette piste des anticorps ciblant le CGRP a fait l’objet de nombreux travaux de recherche par plusieurs laboratoires mais les effets secondaires observés ne s’en sont néanmoins pas retrouvés diminués. Pour autant, les chercheurs n’ont pas perdu espoir et continuent de croire aux avancées prometteuses de ces petites molécules.

A ce jour, une équipe du laboratoire Eli Lilly a réussi à obtenir des résultats encourageants sur l’investigation d’une nouvelle molécule agissant aussi comme un anticorps dirigé contre le CGRP, le Galcanezumab.

Des essais cliniques de phase 3 ont été menés sur des personnes impactées par des migraines de type épisodique mais aussi chronique. Dans les deux cas, les résultats se sont révélés intéressants puisque le traitement de ces patients par cette molécule a diminué de manière significative le nombre de migraines survenant par mois. Ces données représentent alors un nouvel exploit pour ces nombreux patients qui cherchent à acquérir une meilleure qualité de vie !

Par ailleurs, pour encourager davantage le potentiel de ce nouveau traitement thérapeutique, il a été souligné une importante diminution des effets indésirables qui sont à l’origine de nombreux handicaps chez les sujets migraineux.

Ainsi, pour la première fois, toutes ces données ont permis à a ce laboratoire pharmaceutique de soumettre cette nouvelle molécule porteuse d’espoir (via une BLA, Biologics License Application) à la FDA (Food and Drug Administration). Ultérieurement, l’injection de cet anticorps pourrait ainsi être proposée aux patients volontaires en vue de les soulager sur le long terme !

Lucie B., Biologiste spécialisée en E-santé

– Eli Lilly’s Migraine Drug Hits Goal in Phase 3 Studies, Ryan Bushey. Drug discovery & development. 12 mai 2017.
Lucie B.

Biologiste spécialisée en E-santé

Passionnée par l’univers des Neurosciences.

Possède un goût prononcé pour l’architecture d’intérieur et les nouvelles technologies.

Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.


Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.